Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Moderne Estonie

A l'occasion d'un séminaire économique à Tallinn, la semaine dernière, un intervenant s'est penché sur la question de l'islam en Europe. Son intervention était une pure analyse sociologique, sans politique derrière. Et ce qu'il disait m'a paru très intéressant, car il tentait en fait de brosser un tableau de ce que serait l'islam en Europe à l'horizon 2025. Selon lui, si les schémas d’immigration actuels perdurent et si le taux de fécondité au-dessus de la moyenne des résidents musulmans se confirme, l’Europe de l’Ouest pourrait compter de 25 à 30 millions de musulmans à cette date. Les pays dont le nombre de musulmans va croissant enregistreront une mutation rapide de leur composition ethnique, en particulier autour des zones urbaines, ce qui compliquera leurs efforts d’assimilation et d’intégration. Les opportunités économiques seront certainement plus grandes dans les zones urbaines mais, sans accroissement des offres d’emplois, cette plus forte concentration pourrait déboucher sur des situations plus tendues et plus instables, comme celle qu’a connue la France à Paris et dans d’autres grandes villes, lors des émeutes de l’automne 2005. S’ils perdurent, les taux de croissance lents, les marchés du travail fortement réglementés et les modes de gestion du travail dans les entreprises brideront les opportunités d’emploi, et ce malgré la nécessité pour l'Europe d’enrayer le déclin de sa population en âge de travailler. Couplés avec des pratiques discriminatoires en matière d’emploi et des disparités en matière d’éducation, ces facteurs confineront probablement beaucoup de musulmans dans des activités peu valorisantes et de rémunération médiocre, creusant ainsi les clivages ethniques. Et en dépit d’une couche assez large de musulmans intégrés, un nombre de plus en plus grand d’entre eux — poussés par un sentiment d’aliénation et d’injustice — risque de choisir de vivre en vase clos, dans des quartiers aux cultures et pratiques religieuses spécifiquement musulmanes. Même si l’on ne doit guère s’attendre que les communautés immigrées obtiennent une représentation parlementaire suffisante pour influencer la politique intérieure ou la politique étrangère d’ici à 2025 (mais la question se pose à plus long terme), les problématiques relatives aux musulmans seront de plus en plus susceptibles de façonner la scène politique européenne. Il est donc essentiel que le gouvernement s'empare sans tarder de la question pour précéder cette évolution. J'ai bien apprécié cette intervention qui, une fois n'est pas coutume, ne s'embarrassait pas de considérations politiques et exposait de façon clinique la situation. Par ailleurs, j'ai aussi bien apprécié l'organisation de ce séminaire à Tallinn. Je vous mets en lien l'agence qui s'en est occupée, pour vous donner une idée de ce à quoi nous avons eu droit sur place... Davantage d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce séminaire entreprise en Estonie. Suivez le lien.

Les commentaires sont fermés.